Surveillance nationale des méfaits liés aux opioïdes Publié le : ()

Le Canada connaît une grave crise de consommation d’opioïdes qui continue de prendre de l’ampleur. Partout au pays, cette crise a des effets dévastateurs sur les familles et les collectivités. Le gouvernement du Canada collabore étroitement avec les provinces et les territoires à la collecte et au partage de données afin de surveiller l’évolution des méfaits liés à la consommation d’opioïdes, incluant les données sur la mortalité.

Données sur les services médicaux d'urgence (SMU)

Afin d'obtenir un portrait plus complet de la crise, des informations provenant des services médicaux d'urgence (SMU) seront diffusées afin d'examiner le portrait des surdoses suspectées d'être liées aux opioïdes dans les milieux pré-hospitaliers.

Les données des SMU incluent les renseignements sur les soins aux patients documentés par le personnel des SMU, généralement sous forme de rapports électroniques ou papiers. Dans cette deuxième publication, les données des SMU portant sur les surdoses suspectées d’être liées aux opioïdes étaient disponibles dans sept provinces et territoires à travers le Canada : au Yukon (Whitehorse), dans les Territoires du nord-ouest (Yellowknife), en Colombie-Britannique, en Alberta (Edmonton et Calgary), au Manitoba, au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Le gouvernement du Canada en collaboration avec les provinces et les territoires vont poursuivre leurs efforts afin de présenter une image plus complète à l'échelle nationale des cas de surdoses suspectées d’être liées aux opioïdes impliquant le personnel des SMU dans des rapports subséquents.

Pourquoi les données SMU sont-elles importantes?

Les membres du personnel des SMU sont généralement les premiers travailleurs de la santé qui répondent aux urgences liées aux surdoses d'opioïdes survenant en milieu pré-hospitalier. L’accès aux données des SMU en temps opportun va permettre d’identifier les populations à risque et de soutenir le développement d'interventions et de politiques de santé publique à tous les niveaux de gouvernement.

Qu’avons-nous appris des données sur l’administration de la naloxone par les SMU?

La naloxone est un médicament qui peut aider à renverser les effets des opioïdes. Basé sur les données disponibles parmi les provinces et territoiresFootnote 1 déclarant les surdoses suspectées d’être liées aux opioïdes nécessitant l’administration de la naloxone par les services médicaux d'urgence, les principaux constats indiquent que :


Interventions d’urgence pour les surdoses suspectées d’être liées aux opioïdes au Canada en mai 2017

Utilisez la carte ci-dessous pour visualiser le nombre et le taux d’interventions d’urgence pour les surdoses suspectées d’être liées aux opioïdes dans les provinces et territoires participants. Parcourir la carte à l'aide des boutons Suivant et Précédent ou de la touche de tabulation, ou en passant la souris. Une fois qu'une province a été choisie, faire un zoom en cliquant (si on se sert de la souris) ou avec la barre d'espacement (si on utilise la touche de tabulation). À noter : Puisque les définitions de cas varient selon les provinces et territoires, les données ne sont pas comparables. Les villes ont été élargies pour améliorer la visualisation des données et l’interactivité pour les utilisateurs. Données supprimées : les données ont été supprimées en raison des petits nombres.

janv 2017 juin 2018

Les interventions des services médicaux d'urgence selon la définition de cas de Winnipeg, Manitoba.

De janvier 2017 à juin 2018, les services médicaux d'urgence ont répondu à 1 022 surdoses suspectées d'être liées aux opioïdes à Winnipeg, Manitoba. Ceci représente un taux annuel de 87,4 par tranche de 100 000 habitants et une moyenne de 57 interventions par mois.

La plupart des surdoses suspectées d’être liées aux opioïdes sont observées chez les hommes et les femmes âgés de 20 à 29 ans.

En mai 2017, les SMU sont intervenus auprès de 65 cas de surdoses à Winnipeg, Manitoba.


Notes
Ressources supplémentaires

Définitions de Cas

Le tableau 1 présente la définition de cas de surdoses suspectées d’être liées aux opioïdes par province et territoire. Comme les définitions de cas varient d'une province ou d'un territoire à l'autre, les données ne sont pas comparables.

Tableau 1. Définitions de cas pour les interventions des services médicaux d'urgence (SMU) en cas de surdose suspectée d’être liée aux opioïdes pour les provinces et les territoires dont les données sont disponibles au septembre 2018
Province/Territoire Période de publication Définition de cas principale
Terre-Neuve et Labrador janv 2017 – mars 2018 Intervention d’urgence suite à une surdose liée aux opioïdes pour laquelle la naloxone est administrée par les paramédics.
New Brunswick janv 2017 – mars 2018 Un patient qui a répondu à la naloxone administrée par un premier répondant d’Ambulance Nouveau-Brunswick pour une surdose suspectée d’être liée aux opioïdes.
Régions rurales et du nord du Manitoba mai 2017 – juin 2018 Le nombre de cas suspecté d’être une surdose et qui ont reçu de la naloxone par les paramédicaux du Medical Transportation Coordination Centre (MTCC) ou par un personne présente sur les lieux.
Winnipeg, Manitoba janv 2017 – juin 2018 Le nombre de cas suspecté d’être une surdose et qui ont reçu de la naloxone par Winnipeg Fire Paramedic Service (WFPS).
Calgary et Edmonton, Alberta janv – déc 2017 Documentation d’utilisation du protocole de contrôle médical pour les opioïdes ou l’administration de la naloxone.
Whitehorse, Yukon janv – déc 2017 Une surdose suspectée d’être liée aux opioïdes est classée en fonction des critères suivants :
  1. une surconsommation présumée d’opioïdes est identifiée lors de l’appel au 9-1-1; ou
  2. une surutilisation ou une surdose d’opioïdes est mentionnée dans le narratif du rapport des soins du patient, l’historique de l’incident ou la plainte principale; ou
  3. l’administration de la naloxone par le premier répondant désigné, un professionnel paramédical ou une personne sur place lors de l’événement.
Yellowknife, Territoires du nord-ouest janv 2017 – juin 2018 Surdose suspectée identifiée comme plainte principale et un opioïde identifié comme le produit de surdosage OU surdose suspectée identifiée comme plainte principale et naloxone administrée par les ambulanciers.
Colombie-Britannique janv 2017 – mai 2018
  1. PCR sur papier: Le traitement par les ambulanciers utilisant des codes paramédicaux naloxone OU drogues illicites possibles (mais pas des médicaments d'ordonnance ou d'alcool) ET le code d'expédition correspondant était compatible avec une surdose possible (cartes MPDS 9,23,31)
  2. PCR électronique (SIREN): Le traitement par les ambulanciers utilisant le naloxone OU le code paramédical indiquait la possibilité de drogues illicites (mais pas de médicaments d'ordonnance ni d'alcool)

Remerciement

Nous aimerions remercier tous les membres du Groupe de travail sur la surveillance des surdoses d'opioïdes pour leur apport et leurs commentaires, ainsi que tous ceux qui ont contribué des données de SMU dans les provinces et territoires suivants: Yukon, Territoires du nord-ouest, Colombie-Britannique, Alberta, Manitoba, Nouveau-Brunswick et Terre-Neuve-et-Labrador.

Pour plus d'information


<< PrécédentSuivant >>
Date de modification :