Blogue de données

Voici notre blogue de données, une nouvelle façon de découvrir nos données de santé publique, en plus d'avoir les dernières nouvelles sur nos publications à venir.

La démence au Canada, y compris la maladie d’Alzheimer Published: ()

Image illustrant l'hyperonyme « démence » . Quatres types de démence se retrouvent sous le parapluie : corps de Lewy, vasculaire, fronto-temporal, Alzheimer.

De quoi s’agit-il?

La démence est la perte de fonction mentale qui nuit aux activités quotidiennes. Elle est causée par la perte de cellules du cerveau ou la rupture d’importantes connexions nerveuses. Ce phénomène est appelé « neurodégénérescence ».

La maladie d’Alzheimer est la cause la plus courante de démence. La démence vasculaire, la démence fronto-temporale et la démence à corps de Lewy sont d’autres formes répandues.

La perte de mémoire, des problèmes de jugement et de raisonnement ou encore des changements du comportement, de l’humeur ou de l’aptitude à communiquer font partie des symptômes et des manifestations de la démence.


Qui est touché?

  • En 2013-2014, plus de 402 000 personnes âgées (65 ans et plus) étaient atteintes de démence au Canada.
  • Les femmes comptaient pour les 2/3 de ces personnes.
  • Pendant la même période, 9 Canadiens en moyenne recevaient un diagnostic de démence chaque heure.
  • Après 65 ans, le risque de recevoir un diagnostic de démence double presque tous les 5 ans.
  • Les aînés atteints de démence sont 4 fois plus susceptibles de mourir que les aînés non atteints. [Cube de données SCSMC sur la démence]

Consultez notre infographie et notre prochain feuillet de renseignements pour en savoir plus sur les personnes touchées par la démence, y compris la maladie d’Alzheimer, au Canada.


Pourquoi est-ce important?

Population vieillissante

« Si le nombre de cas de démence double dans 20 ans, selon les projections, nous devons savoir où les gens iront et quels en seront les coûts pour chacun relativement aux ressources, aux implications sur le plan de la réadaptation et de la qualité de vie. »

Personne atteinte d’une affection neurologique

Notre population vieillit. Ce changement démographique signifie que plus de Canadiens vivront plus longtemps et que beaucoup d’entre eux seront atteints d’affections chroniques. Par exemple, à l’heure actuelle, 30 % des personnes âgées au Canada sont atteints de deux affections chroniques ou plus.Référence 1


Effets sur la santé

« La normalité n’existe plus…Tout ce que vous teniez pour acquis dans votre vie a disparu, et vous ne savez même pas ce qui vous attend ensuite. La surprise peut être différente chaque fois. »

Personne atteinte d’une affection neurologique

« Les répercussions de ces troubles médicaux sur tous les aspects de notre vie sont énormes. Qui pourrait croire que les personnes vivant avec une affection neurologique n’ont pas besoin de soins de santé mentale? »

Personne atteinte d’une affection neurologique

À mesure que la démence progresse, elle devient très invalidante pour les personnes touchées et mène à des effets importants sur la santé :

  • 48 % des Canadiens atteints de démence qui vivent dans la collectivité ont affirmé avoir un état de santé général passable ou mauvais;
  • 30 % ont dit avoir des troubles de l’humeur;
  • 58 % ont déclaré avoir une mobilité réduite (capacité limitée de se déplacer seul);
  • 37 % ont dit ressentir des douleurs ou des malaises modérés ou sévères;
  • 57 % ont fait état d’une incontinence urinaire;
  • 32 % ont fait état d’une incontinence intestinale.Référence 2

Consultez Établir les connexions pour obtenir d’autres renseignements sur les effets sur la santé.


Les femmes sont les plus touchées

La démence touche les femmes dans une plus grande proportion que les hommes. Les femmes comptent pour environ deux tiers des personnes atteintes, en prenant en considération les Canadiens déjà atteints de démence (prévalence) ou les nouveaux cas diagnostiqués (incidence). Cette proportion est encore plus élevée dans les établissements de soins de longue durée, où les femmes comptent pour 72 % des résidents atteints de démence.Référence 3

Au cours des dix dernières années, la prévalence de la démence est restée considérablement plus élevée chez les femmes que chez les hommes. Cet écart entre les sexes se creuse avec l’âge. Après 85 ans, la prévalence est 1,3 fois plus élevée chez les femmes que chez les hommes (27 % contre 20 %).

La face cachée des soins

« Lorsque vous acceptez le rôle d’aidant naturel, vous voyez votre vie se transformer. Dans un premier temps, vous vivez une vie de couple bien remplie, jusqu’au jour où tout bascule et que vous devez changer les couches de votre époux. À ce changement considérable au sein de la relation de couple se superposent des aspects psychologiques et émotionnels de tous types. »

Aidant naturel

Les personnes atteintes de démence doivent recevoir de nombreux types de services offerts par des soignants professionnels et non professionnels. Au Canada, on estime que les coûts pour les personnes atteintes de démence sont cinq fois et demie plus élevés que ceux pour les personnes qui n’en sont pas atteintes. Les coûts relatifs aux soins à domicile et aux soins de longue durée sont les dimensions les plus importantes des coûts directs des soins de santé.Référence 4

Les besoins généraux liés au vieillissement sont la principale raison pour laquelle les aînés ont besoin d’aide (28 %). La démence est la cinquième raison mentionnée (6 %).Référence 5

Effets de la prestation de soins

  • En moyenne, les Canadiens atteints de démence ont besoin de 74 heures de soins informels par semaine.
  • Les aidants naturels dépensent environ 4 600 $ par année pour chaque personne atteinte de démence dont ils ont la responsabilité.Référence 6

Très souvent, les aidants naturels sont le conjoint (46 %) ou un enfant (44 %) de la personne atteinte de démence. Tant les conjoints que les conjointes sont susceptibles d’agir à titre d’aidants naturels. Cependant, une plus grande proportion de filles (72 %) que de fils sont susceptibles de prendre soin d’un parent atteint de démence. Référence 5 De plus, les conséquences sociales et financières de la prestation de soins sont plus grandes pour les femmes agissant à titre d’aidantes naturelles.Référence 7


Que fait l’Agence de la santé publique du Canada?

Surveillance

À l’aide des données du Système canadien de surveillance des maladies chroniques (SCSMC), l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) assure la surveillance nationale de la démence diagnostiquée, y compris la maladie d’Alzheimer, en appui à la planification et à l’évaluation des politiques, des programmes et des services connexes. Le SCSMC est un partenariat pancanadien mené par l’ASPC à partir duquel les provinces et les territoires jumèlent leurs bases de données administratives sur la santé pour suivre l’évolution du fardeau associé aux affections chroniques. En 2011, dans le cadre de l’Étude nationale de la santé des populations relative aux maladies neurologiques, le SCSMC a été élargi afin d’y inclure la démence.

Comment savons-nous ce que nous savons?

Au Canada, de nombreuses méthodes sont utilisées pour suivre l’évolution des affections chroniques. Chaque source de données comporte des avantages et des limites. Par conséquent, les estimations varient d’une étude à une autre pour diverses raisons, comme :

  • les différences entre les définitions d’une maladie;
  • l’âge et la couverture géographique;
  • le type de données.

L’ASPC utilise les estimations du SCSMC pour être en mesure d’indiquer le nombre de personnes atteintes de démence, y compris la maladie d’Alzheimer (prévalence) et le nombre de personnes ayant récemment reçu un diagnostic de démence (incidence). Le SCSMC est la seule source de données nationales qui offre des données relatives à l’incidence et aux tendances dans le temps pour ces affections. De plus, ce système est pratiquement universel, c’est-à-dire qu’il comprend des données sur tous les Canadiens couverts par un régime provincial ou territorial d’assurance maladie (à l’exception de la Saskatchewan pour ce qui est de la démence, y compris la maladie d’Alzheimer). [Cubes de données SCSMC]

Politiques et programmes

L’ASPC collabore avec des partenaires au pays et à l’étranger pour améliorer notre compréhension de la démence. L’objectif consiste à réduire les risques associés à la démence et à la maladie d’Alzheimer et à améliorer la qualité de vie des personnes qui en sont atteintes. En examinant la démence dans une perspective de vieillissement en santé, nous voulons réduire les effets de la démence sur la société et soutenir la population vieillissante.

L’ASPC appuie la mise en place du Centre d’innovation canadien sur la santé du cerveau (disponible en anglais seulement) et le vieillissement. Le Centre agit comme accélérateur de solution et courtier du savoir pour la mise en place de produits et de services liés à la santé du cerveau et du vieillissement. Une attention particulière est accordée à la démence. Il s’agit là de l’une des mesures prises pour améliorer la qualité de vie des Canadiens atteints de démence, de leur famille et de leurs soignants.


Plonger dans les données

Découvrez les estimations de la démence dans les provinces et les territoires du Canada à l'aide de la carte ci-dessous. La navigation est simple : utilisez les boutons « Région précédente » ou « Région suivante », la tabulation (TAB) ou encore survolez avec votre souris. Pour faire un zoom, il suffit de cliquer avec votre souris ou d'utiliser la barre d'espacement. Veuillez prendre note que le terme « démence » inclut « maladie d’Alzheimer » même lorsque cette dernière n’est pas mentionnée.

Estimations de de la démence au Canada chez les (2013)

2002 2013

Légende (incidence, taux par 100)






Description

: Le taux d'incidence de la démence (y compris la maladie d’Alzheimer) chez les personnes âgées de 65 ans et plus en était de . Le taux d'incidence au niveau national était de 1,5 par 100 personnes.

Cette carte fût créée à l'aide de données du Système canadien de surveillance des maladies chroniques fournies par les provinces et les territoires (mai 2017).


Pour obtenir d’autres renseignements et des documents sur le sujet, veuillez consulter les pages suivantes :


<< Précédent Suivant >>
Date de modification :